top of page
  • Photo du rédacteurLa Direction Générale

Des jeunes lycéen.ne.s accompagné.e.s par la Prévention Spécialisée réalisent un film

Quoi, amorce du projet ?

Ce projet est né d'échanges entre des jeunes filles du lycée Coëtlogon et la CPE, autour d'une affiche dans le cadre de la journée des femmes du 8 mars 2019. La discussion tourne autour des réactions des jeunes filles sur le fait que l’affiche annonce «journée de LA femme».

Suite à la sollicitation de jeunes lycéen.ne.s, réalisation d’un support vidéo, une fiction sur les questions d’égalité a muri avec le lycée, les éducateurs.trices du Relais et Zéro de conduite


Pourquoi-objectifs initiaux du projet ?

  • Donner la parole et le moyen de s’exprimer aux élèves/jeunes autour d’une thématique qui les concerne directement,

  • Avancer collectivement sur le terrain de la lutte contre les discriminations notamment liées au genre,

  • Traiter de l'égalité femmes/hommes et de mixité de genre par le biais d’un support créatif,

  • Favoriser l’expression et l’échange par l’intermédiaire d’un atelier de création audiovisuelle de qualité,

  • Initier et consolider des partenariats entre différentes structures intervenant auprès de la jeunesse (associations de quartier et lycée Coëtlogon).

Pour quels jeunes et comment ?

  • Un groupe d'une vingtaine de jeunes filles et garçons, de 15 à 20 ans, originaires de quartiers rennais différents, et inscrit.e.s dans diverses filières (Accompagnement Soins à la Personne, Électricité, Système Numérique, Gestion-Administration, Petite-Enfance). Nous partons sur une participation volontaire de leur part,

  • La diversité du groupe est une richesse mais aussi une donnée à prendre en compte dans l'opérationnalité de ce projet,

  • Réalisation de ce projet d'une part dans le cadre scolaire mais aussi à l’extérieur de l'établissement. Volonté de travailler sur le dedans/dehors afin d’être au plus près de la réalité des adolescent.e.s et de rendre compte de la diversité de leurs pratiques et identités,

  • Cette réalisation a pris la forme d’un atelier cinéma au cours duquel les participant·e.s ont eu l’occasion d’exprimer et de mettre en forme leur point de vue sur les questions d’égalité filles/femmes garçons/hommes, à partir de leurs expériences et de leurs positionnements personnels,

  • Projet d'un film et d’un format court qui pourra ensuite être utilisé comme support de débat,

  • Projet participatif et co-construit avec les jeunes. Nous souhaitons que les élèves se saisissent de ce projet afin de pouvoir s’exprimer sur la thématique proposée,

  • Manipulation par eux.elles-mêmes des jeunes du matériel de prise de vue et de son.

Avec quels.les professionnels.les et dans quelle approche ?

  • L'accompagnement artistique a été assuré par l'association Zéro de conduite qui encadre des ateliers de réalisations de films depuis 10 ans,

  • L'accompagnement éducatif a été assuré conjointement par du personnel du lycée (ASEN et CPE) et des éducateur·trices du Relais (équipes de Villejean et de Maurepas), ce qui permet de faire un lien entre le milieu scolaire et leur vie sociale extérieure. Cela peut aussi permettre, en fonction des demandes des jeunes, un accompagnement éducatif sur d’autres axes d’intervention proposés par Le Relais (soutien à la scolarité, recherche de stage, accompagnement de projets collectifs, …),

  • L'association Liberté Couleurs a aussi participé à des séquences,

  • L’ensemble des professionnel.le.s impliqué.e.s se positionnent en tant qu’adulte référent pour les jeunes et participent à l’enrichissement des échanges. Les intervenants se sont positionnés au côté des jeunes, pour les accompagner dans la réalisation de ce projet, les guider dans leurs réflexions. Ce sont eux.elles qui ont été en situation de faire des choix et de décider des orientations à prendre. Au-delà de cet accompagnement, nous souhaitons répondre au mieux aux questionnements soulevés par les jeunes. Ainsi, ont été organisées plusieurs actions à l'extérieur de l'établissement scolaire animées par des associations travaillant les thématiques soulevées. L’objectif était d’être facilitateur et "ouvrir des possibles" en leur proposant des séances dans des lieux qu'ils.elles ne connaissent pas toujours et avec des intervenant.e.s extérieur.e.s afin qu'ils.elles identifient ces lieux comme de potentiels ressources. Ces différentes rencontres ont pu nourrir le film aux différentes étapes de sa réalisation,

  • L'association Liberté Couleurs a aussi participé à des séquences.

Qu’est-ce que cela produit ?

Ce projet a abouti à la réalisation de deux courts-métrage :

  • un court-métrage de fiction qui fut l’objet principal du projet intitulé « Pourquoi pas nous » d’une durée de 17 minutes,

  • un court-métrage documentaire périphérique au projet intitulé « Pourquoi pas nous, les suites » d’une durée de 8 minutes. Ce deuxième film rassemble, sous forme d’interviews, les réflexions des jeunes participant.e.s autour des diverses problématiques abordées tout au long du projet. Il pourra accompagner la diffusion du premier film, nourrir et prolonger les échanges avec le public.

Une vingtaine de jeunes lycéen.ne.s de différentes filières ont participé à ce projet.

Ce projet s'inscrit dans le cadre du « parcours citoyen » de l’Éducation Nationale. Des compétences psychosociales ont été travaillées tout au long du projet : écouter et prendre en compte la parole de l'autre, exercer une pensée critique, savoir prendre des décisions, communiquer, s'exprimer en public, savoir gérer son stress et ses émotions, coopérer. Ce projet a aussi permis aux jeunes de prendre confiance en elles.eux et dans les autres.

Pour certain.e.s, ce projet leur a permis de se (ré)investir dans une scolarité qui parfois était "délicate" et fragile. Les CPE observent des changements dans le comportement de certain.e.s jeunes, qui montrent de la confiance dans le lycée et envers les adultes, là où il pouvait y avoir de la méfiance voire de la défiance.

Des compétences techniques ont aussi été développées dans de nombreux domaines, du scénario à la réalisation. Sur le plan artistique, au-delà de l'expression, il a permis aux jeunes d'acquérir des compétences techniques cinématographiques (prises de sons, d'image, script, lumières, ...) en encourageant leur créativité.

Ce projet a permis de développer des partenariats éducatifs nouveaux notamment entre le service de prévention spécialisée et l'équipe éducative du lycée (CPE). Nous avons eu et poursuivons des échanges autour de situations individuelles mais aussi collectives. En effet, les échanges permettent de faire le lien entre l'intra et l'extra-scolaire, d'échanger sur le climat de quartier et le climat scolaire (notamment autour des violences) et d’aider à la compréhension des dynamiques entre divers groupes de jeunes.

Au-delà du projet, Le Relais a pu amorcer des accompagnements individuels notamment autour de recherches de stages et de l'orientation post-bac (Parcours sup) mais aussi sur des relations affectives et sexuelles ou encore sur des consommations de produits addictifs.

A noter que le projet a été impacté par le contexte sanitaire dans son processus de création (ajustement du scénario), dans la participation des jeunes au montage et enfin dans les projections prévues.

Nous avons présenté ce projet au début de sa concrétisation à l'INSPE (Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation) dans le cadre des journées sur les « alliances éducatives ».

A présent c'est la promotion du film et son accompagnement autour de débats qui va offrir aux jeunes de nouvelles expériences venant enrichir leurs compétences nouvellement acquises autour de l'écoute, de la prise en compte des diverses opinions, de la capacité à s'exprimer en public, et la gestion du stress et de ses émotions.

Pour l'instant, nous avons diffusé une seule fois le film auprès d'une classe de Terminale du lycée. Il a aussi été proposé dans le cadre du 8 mars en visionnage libre sur internet (cause covid). D'autres projections sont programmées : à Askoria auprès d'étudiant.e.s du travail social (avril), lors du festival « Des histoires » organisé par Comptoir du Doc (mai) et enfin dans le cadre des « Mardis de l’Égalité » au Tambour à Rennes 2 (septembre).

Quelles perspectives ?

Au-delà de la réalisation du film, la phase de diffusion est une étape pédagogique et éducative à part entière. Il est envisagé et prévu de pouvoir diffuser le film dans divers lieux, en présence des jeunes réalisateurs.trices afin d'animer des échanges avec le public. Les diffusions d'ores et déjà envisagées sont : au sein du lycée, auprès des parents des jeunes, au sein de structures du quartier de Villejean et Maurepas, journée nationale de la femme en mars 2022 et tout autre lieu que nous trouverons adéquats et/ou nous serons invité.e.s.


Liens pour visionnage du documentaire réalisé :

La Vidéo :

Les Bonus :

Pour les équipes de Villejean et Maurepas, Régis TALIGOT, Responsable de Service Prévention Spécialisée

276 vues0 commentaire
bottom of page